Des Outils au Service des Employeurs
de l’Economie Sociale
Accès adhérent


 

 
Mot de passe oublié ?
*Rubriques accessibles uniquement aux adhérents.





Colloque du GOEES

Colloque du GOEES le 16 novembre 2017
Complémentaire santé obligatoire : après 2 ans quel bilan?

 
Deux évènements auront marqué la journée du 16 novembre cette année 2017, une nouvelle Journée d’action intersyndicale contre les ordonnances et la politique sociale Macron, et la Matinale du GOEES !
Cette seconde devant hélas pâtir en terme d’audience de la seconde !!!
 
Après un accueil par Pierre Gros, dirigeant de Macif-Mutualité et une présentation de la matinale par Jean-Claude Tufferi, président délégué du GOEES, Maître Christophe Baumgarten,(Cabinet JDS, structure associée au GOEES) a présenté un point sur les principales mesures des ordonnances Pénicaud-Macron, notamment sur celles touchant les CE, le CHSCT et plus généralement les IRP.
 
Le thème choisi cette année était un bilan, dans le champ de la protection sociale des salariés, de l’ANI "emploi compétitivité"  deux ans après sa transcription légale.
Le débat réunissait un mutualiste, Nicolas Souveton, conseiller du président de la FMF, une responsable de la mise en oeuvre de l’ANI au sein d’un CE de la CCAS, et un syndicaliste David Huynh, responsable de la Protection sociale au sein de l’UGICT-CGT.
 
Présenté comme une mesure de haute portée sociale, la généralisation de la complémentaire-santé à l’ensemble des salariés des entreprises, a globalement manqué son objectif. Si quelques milliers de personnes se sont trouvées couvertes, les conditions d’un grand nombre ont pu se retrouver de fait dégradées.
 
Les structures en charge de la gestion du dispositif ont été affectées par les complications du système créé par l’accord, et souvent au détriment des travailleurs. Les organismes complémentaires se sont livrés, dans le cadre des appels d’offre, à une concurrence féroce qui ont vu fleurir des offres low-cost.
 
La Mutualité que le dispositif semblait devoir (vouloir) affaiblir s’en est relativement bien tirée, marquant une certaine fidélité à ses principes et solidaires.
 
Les organisations syndicales ont hélas fait montre de peu d’intérêt pour la question et ses conséquences en amont de l’accord et localement les syndicalistes ont trop souvent montré une attitude purement consommatrice lors de son application.
 
C’est donc un bilan plutôt sévère qui fut tiré par l’ensemble des participants qu’ils soient à la tribune ou dans la salle où les échanges furent particulièrement riches.
 
Pour tous nos adhérents, et toutes celles et ceux qui,notamment sud fait de la Journée d’action n’ont pu participer à ces échanges, nous travaillons à une prochaine mise en ligne de l’essentiel des débats.
.
Jean-Philippe Milesy
.
.
***************************************************************************
.
.
.
.